> Accueil > Livres > Prix littéraire Trillium > Lauréates du Prix littéraire Trillium 2019
Partager

Lauréates du Prix littéraire Trillium 2019

Trillium_Final

LAURÉATE | Prix littéraire Trillium (langue française)

L'Heureux Lisa_Et si un soir

Lisa L'Heureux, Et si un soir, Prise de parole

Dans un immeuble gris, quatre solitudes occupent un espace-rêve. Le temps, parfois décalé, y avance sans avancer.

Écrite comme un songe fragmenté, la pièce chorale Et si un soir s’inspire de l’obscurité qui rend possible l’exploration d’une intimité qu’on ose rarement avouer à haute voix, et où l’inaction, ce moment d’avant le geste, est la source même de la tension.




L'Heureux Lisa

Dramaturge et metteure en scène, Lisa L’Heureux a fondé et dirige le Théâtre Rouge Écarlate, pour lequel elle a créé Ciseaux et Pour l’hiver (prix Jacques-Poirier Outaouais 2017). Très active au sein du milieu dramaturgique de la région d’Ottawa-Gatineau, elle participe à l’écriture de nombreux collectifs dont Love  is in the birds : une soirée francophone sans boule disco (Théâtre du Trillium), Comment frencher un fonctionnaire sans le fatiguer (Les Poids Plumes) et Tapage et autres bruits sourds (Les Poids Plumes et le Théâtre français du CNA). Et si un soir est sa deuxième pièce publiée.

Lien vers la maison d’édition : https://www.prisedeparole.ca/titres-livre/?id=573










LAURÉATE | Prix littéraire Trillium (langue anglaise)

Brand Dionne_The Blue Clerk

Dionne Brand, The Blue Clerk, McClelland & Stewart

Sur un quai isolé, un commis vêtu d’un manteau bleu encre inspecte un amoncellement de ballots de papier contenant des pages abandonnées par la figure du poète – le non écrit, le retenu, l’inexprimé, le retiré, le restreint. Dans The Blue Clerk, la poétesse primée Dionne Brand met en scène une conversation et un débat entre la figure du poète et le commis en bleu, qui est le gardien de ses pages. Dans leurs dialogues – présentés sous la forme d’une série de poèmes en prose obsédants – la figure du poète et le commis invoquent une foule d’écrivain.e.s, de philosophes et d’artistes, allant de Jacob Lawrence, Lola Kiepja et Walter Benjamin jusqu’à John Coltrane et Josephine Turalba, en passant par Jorge Luis Borges. Dans ces essais poétiques, Dionne Brand explore les méandres de la mémoire, du langage, de la culture et du temps, offrant de magnifiques juxtapositions discordantes (« Sur écoute est la version la plus moderne des Aventures de Huckleberry Finn » [traduction libre]) et des réflexions qui hantent à jamais le lecteur (« Sur une route comme celle-là, impossible de savoir où l’on se trouve. Si l’on est au point d’arrivée ou encore en chemin. Si c’est encore le début ou déjà la fin. On reste toujours au milieu. Alors comment savoir où l’on va? » [traduction libre]).

Dans son dernier recueil, Dionne Brand, observatrice indispensable du monde qui est aussi l’une des poétesses les plus accomplies actuellement en activité, propose une vision intime de la réalité et de la difficulté de l’écriture, de la relation entre l’auteur.e et le monde, et de la relation entre l’auteur.e et l’art. Œuvre tout à la fois profonde, touchante et empreinte de sagesse, The Blue Clerk est le fruit d’une intelligence et d’une imagination stupéfiantes, un texte véritablement sublime de l’une des poétesses à succès les plus connues et les plus récompensées au Canada.




Brand Dionne

Dionne Brand jouit d’un palmarès littéraire impressionnant. Son dernier recueil de poésie, Ossuaries (Ossuaires) a remporté le Prix Griffin de poésie, tandis que ses neuf précédents recueils lui ont valu notamment le Prix littéraire du Gouverneur général, le Prix littéraire Trillium et le prix Pat Lowther Memorial. Son roman In Another Place, Not Here a figuré sur la liste des livres remarquables du New York Times Book Review et sur celle des meilleurs livres du Globe and Mail; At the Full and Change of the Moon a fait partie des meilleurs livres désignés par le LA Times; et What We All Long For (Les désirs de la ville) a remporté le prix littéraire de la ville de Toronto (« Toronto Book Award »). Dionne Brand s’est vu remettre le prix du festival de Harbourfront (« Harbourfront Festival Prize ») en 2006 pour sa contribution au monde de la littérature et de l’écriture, et a occupé la fonction de poète officiel de Toronto (« Poet Laureate of Toronto ») de 2009 à 2012. En 2017, elle a été décorée de l’Ordre du Canada. Dionne Brand enseigne à la School of English and Theatre Studies de l’Université de Guelph. Elle vit à Toronto.

Lien vers la maison d’édition : https://www.penguinrandomhouse.ca/books/562935/the-blue-clerk-by-dionne-brand/9780771001543










LAURÉATE | Prix du livre d’enfant Trillium (langue française)

Lim Diya_La marchande la sorcière la lune et moi

Diya Lim, La marchande, la sorcière, la lune et moi, Les Éditions L'Interligne

À 10 ans, Xiomara Kirsch, alias Mara, sait que la vie a son côté sombre : prise entre les problèmes financiers de ses parents, les déménagements et la naissance imminente de ses frères jumeaux, la fillette en proie à des sautes d’humeur étouffe sous le poids des responsabilités qu’elle s’impose. Mais elle va découvrir que, comme la lune, la vie a aussi un côté brillant.

Plongez dans l’imaginaire de Diya Lim, un monde magique où les ailes des fées transportent la rosée du matin, où les maisons sont des bateaux à voiles et où les sorcières ont un cœur d’or !




 Lim Diya

Diya Lim est lauréate du Prix littéraire Henriette-Major 2011 et a été finaliste au Prix du livre d’enfant Trillium 2015. L’auteure compte à son actif une douzaine de livres pour enfants publiés au Canada.

Lien vers la maison d’édition : https://interligne.ca/produit/marchande-sorciere-lune-moi/











LAURÉATE | Prix de poésie Trillium (langue anglaise)

Richardson Robin_Sit How You Want

Robin Richardson, Sit How You Want, Signal Editions / Véhicule Press 

Le pouvoir et le sexe occupent une place centrale dans le formidable troisième recueil de poésie de Robin Richardson, Sit How You Want. Des accidents d’avion et de voiture forment la toile de fond de poèmes scandés par des femmes qui se débattent face à la terreur, à l’angoisse et au sentiment d’impuissance : « Quand je dis que je vais bien, je veux dire que le ciel s’est ouvert / pareil à une ancienne plaie du scorbut. » [Traduction libre] Par leur intelligence cruelle, leur propos franc et sinistre, et parfois leur caractère violemment paillard, les poèmes de Robin Richardson font office d’antidotes face au traumatisme persistant des relations violentes, tant familiales qu’amoureuses. Cet ouvrage est l’incarnation de la croyance selon laquelle la poésie est un instrument de changement, un outil permettant de transformer la douleur en énergie verbale exubérante : « Le frisson de la ruine / nous pousse à innover. » [Traduction libre]




Richardson Robin

Robin Richardson a déjà écrit deux autres recueils de poésie. Elle a remporté le prix de poésie Fortnight (« Fortnight Poetry Prize ») au R.-U., le prix John B. Santorini et le prix Joan T. Baldwin, et a été retenue en sélection finale pour les prix de poésie de Radio-Canada (« CBC Poetry Prize »), de la revue The Walrus (« Walrus Poetry Prize ») et de l’Arc Poetry Magazine, entre autres. Elle vit à Toronto et est la rédactrice en chef de la revue Minola Review.

Lien vers la maison d’édition : http://www.vehiculepress.com/q.php?EAN=9781550654974